Yogsansara

Contactez nous par email
ou au 01 43 41 99 64

Yogsansara est agréé
par la FFMBE

Qu'est ce que l'Ayurveda


Le terme Ayurveda dérive du Sanskrit, la langue antique de l'Inde, par l'union de deux mots AYU et VEDA. Le mot Veda signifie "connaissance" et Ayu "vie". Ayurveda signifie donc "Science de la connaissance de la vie".

L'Ayurveda n'est pas seulement une médecine appuyée sur une profonde pensée philosophique, clinique et thérapeutique, il s'agit aussi d'une vision philosophique et spirituelle de grande ampleur liée à l'observation de la nature. L’Ayurveda, qui est aussi défini comme la "médecine traditionnelle indienne", est le système de soins  le plus ancien au monde et aussi l'un des plus complets.

A la différence de la médecine allopathique, pratiquée en Occident et basée sur l’avancée de nouvelles branches du savoir et les recherches scientifiques, l’Ayurveda est fondé sur des principes permanents et éternels concernant l’individu et sa relation avec la nature. Selon cette science ancestrale la vie est une perpétuelle interaction entre le corps, les organes de sens, la pensée et l'âme. 

L’Ayurveda dispose d’une vaste gamme de soins pour le corps et l’esprit qui vont de la méditation aux massages, du Yoga aux programmes de désintoxication et de remèdes naturels à base d’herbes pour traiter de nombreuses pathologies.

L’Ayurveda se concentre sur la prévention et le style de vie et recommande de vivre en harmonie avec soi-même et les autres.

L'Ayurveda se donne quatre objectifs :

  • prévenir les maladies
  • prendre soin de la santé
  • garder la santé
  • promouvoir la longévité. 

Cette ancienne science est reconnue par l'OMS (organisation mondiale de la santé) depuis 1982.

UN PEU D’HISTOIRE :

L’AYURVEDA ENTRE MÉDECINE ET SPIRITUALITÉ

L’Ayurveda est le système thérapeutique le plus ancien jamais connu, il a fait l'objet depuis les origines d'une très large littérature en langue sanscrite. La doctrine ayurvédique qui remonte en effet à une époque très lointaine fut systématisée à partir de  à 1500/2000 av. JC.

Le lien entre la médecine ayurvédique et la spiritualité est très fort. Les deux VEDA, le RIGVEDA (5000 ans av. JC) et le ATHARVAVEDA (1000 ans av JC), représentent les premiers traités de médecine de l’Inde. Dans le Atharvaveda apparaissent un premier lexique anatomique, le descriptif des plantes médicinales, des éléments de physiologie et d'anatomie. Mais ce savoir se présente aussi comme révélé par les divinités et donc éternel. A l'époque védique, quand ces traités sont rédigés, la santé est liée au divin : les divinités bénéfiques et guérisseuses mais aussi les démons  qui peuvent provoquer la maladie... et la soulager aussi.

La médecine est alors basée sur des rituels qui permettent  de chasser les entités négatives ayant pris possession du corps en installant la maladie. Toujours, dans cette période védique, l’élément magique est prévalent.

Dans la période post-védique toutes ces connaissances sont organisées et systématisées dans des traités nommés : Samhita. Il s’agit d’une période très importante dans laquelle se joue le passage crucial d’un système médical de type magique/rituel vers un système médical rationnel basé sur une approche de type empirique, notamment par l’observation.

Les premiers dépositaires de cette science médicale, autour de 2000/2500 ans avant JC, sont des ascètes errants restés proches de la nature et  connaissant bien les plantes et remèdes naturels. Voyageant de villes en village, ils gagnaient leur vie en soignant les malades.

Plus tard, naissent les grands textes de la médecine ayurvédique que sont le Caraka Samhita (600 ans av. JC) et le Susruta Samhita (200 ans av. JC), deux textes médicaux très avancés qui ne traitent pas seulement de médecine mais contiennent aussi des approfondissements de type culturel et social. Deux autres traités, écrit par Vagbhata, célèbre brahmane du Nord de l'Inde, complètent cette triade : les Ashtangahridaya (cœur des huit membres de la médecine) et le Ashtangasamgraha composés autour de 600 ans après JC.

Sushruta, grand médecin ayurvédique (5ème siècle Av JC) définit ainsi l'état de santé : "SAMA DOSHAHA, SAMA AGNI SAMA DHATU MALA KRYAHA PRASANA INDRYA ATMA SWASTA ITI ABIDIR" - Le maintien de l’état optimal de l’ensemble des tissus du corps, de la digestion, des humeurs, des déchets, donne au corps la santé et la joie du corps et de l’esprit.

Dans la mythologie hindoue  le dieu protecteur de l’Ayurveda est Dhavantari. Cet avatar (incarnation) de Vishnu, cité dans les Veda, est le médecin des dieux. Considéré comme le père de la médecine ayurvédique mais aussi comme l’un des premiers chirurgiens du monde, on le représente tenant dans ces quatre mains une conche, un disque, une sangsue  et l’Amrita (le nectar de l’immortalité)

LA THEORIE DES CINQ ELEMENTS

L'Ayurveda est fondée sur la théorie des Panchmahabhuta, les cinq grands éléments (éther, air, feu, eau et terre) qui composent et constituent la totalité de l'univers. On retrouve ces cinq éléments aussi bien dans le macrocosme que dans le microcosme : comme l'univers, l'être vivant est composé de ces éléments dont l 'assemblage en  proportions variables détermine les caractéristiques de tout ce qui existe. Selon l’Ayurveda, tout est énergie, une énergie qui se manifeste d'abord sous forme d’Ether (Akasha) le vide, l'espace interplanétaire. Cette énergie invisible, en se condensant, donne naissance à l’Air (Vayu). Encore plus condensée, elle devient Agni, le feu. La transformation suivante donne Apas : l’eau, élément très adaptable qui prend la forme de son récipient. L'ultime manifestation de l’énergie est Prithivi, la terre, la matière dans son état solide.

Ces cinq éléments sont tous présents dans le corps humain. Ils se combinent pour former trois forces dynamiques nommées DOSHA : VATA, PITA, KAPHA.

LES TROIS DOSHA : VATA, PITA, KAPHA

La théorie des trois Doshas est le cœur de la science ayurvédique. Vata, Pita et Kapha sont les trois principes de régulation qui jouent un rôle décisif dans l’équilibre psychique et physique de l’être humain. Chacun d’entre nous est constitué de ces trois forces en proportions différentes.
Il s'agit  d'expressions bioénergétiques qui, par leur structure, gouvernent les fonctions psycho-physiologiques de l'individu. Selon l'Ayurveda, chaque être humain est l'expression unique de la combinaison de ces trois principes Vata, Pita et Kapha.

VATA DOSHA : le principe né de la combinaison des éléments ETHER et AIR. Vata Dosha contrôle tous les mouvements physiques, biologiques et mentaux. Il contrôle aussi le système nerveux.

PITA DOSHA : le principe né de la combinaison des éléments FEU et EAU. Il s’agit de l’énergie calorifique et du feu digestif, l’énergie de transformation des aliments. Elle assure la thermorégulation de l’organisme. Quand le feu digestif est puissant la maladie ne peut survenir.

KAPHA DOSHA : le principe né de la combinaison des éléments EAU et TERRE. Kapha est le fluide, il s’agit du Dosha qui conduit l’eau au niveau digestif, articulaire. Un corps sans eau est sec et malade.

Selon l’Ayurveda lorsque le jeu de ces trois forces est articulé de façon harmonieuse, l’organisme reste en bonne santé. L'un des buts de l’Ayurveda consiste à maintenir cet état idéal qui nous permet de nourrir la vitalité et conserver une bonne résistance en cas de maladie.

Nous proposons un test en ligne pour découvrir quel votre Dosha - par ici -

LES DIFFÉRENTES BRANCHES DE L’AYURVEDA

Dans l' «Ashtangahridaya», traité le plus pragmatique de la littérature ayurvédique, le fameux médecin Vagbhata présente de façon systématique les huit branches qui composent l’arbre de l’Ayurveda :

Kayachikitsa : la médecine interne
Shalya Tantra : la chirurgie
Shalakya : la médecine O.R.L
Agadatrantra : la toxicologie
Bhuta Vidya : la psychiatrie
Kaumarbhritya : la pédiatrie
Rasayan : la gériatrie et la thérapie pour rajeunir
Vajikaran : la science des aphrodisiaques