Reconversion professionnelle : Travailler dans le domaine du bien-être

Reconversion professionnelle : Travailler dans le domaine du bien-être

Vie du Centre 2 Commentaires by

Aroma TherapyLe marché du bien-être est aujourd’hui en France un marché bien developpé et en pleine expansion depuis désormais 20 ans. Il s’agit d’un secteur encore plus porteur que le secteur de la mode ou de l’industrie aéronautique et spatiale.

La recherche du bien-être et de la détente n’est pas une simple mode mais une exigence profonde que de plus en plus d’individus sentent. C’est pour cela que, malgré un contexte de crise, ce marché se développe d’une façon régulière.

Investissant toujours plus de nouveaux territoires, le marché du bien-être englobe désormais une très large variété d’activités comme le coaching, les cosmétiques (soins beauté et anti-âge), le fitness, la remise en forme, la relaxation, le massage, les spas, la thalassothérapie, les médecines dites douces, la diététique, les produits bio, les compléments alimentaires, le tourisme du bien-être…

Voilà trois chiffres pour résumer le marché du bien-être en France aujourd’hui:

288.465 entreprises

542.846 salariés

37,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires
(Source Insee)

Ces chiffres sont parlants. Ils signifient qu’en France l’industrie du bien-êtrepèse plus lourd que l’industrie de la mode et du luxe (35 milliards d’euros) ou l’industrie aéronautique et spatiale (32,1 milliards d’euros). L’industrie du bien-être est équivalente en terme de chiffre d’affaires à l’industrie pharmaceutique (40,6 milliards d’euros).

En terme de salariés, l’importance du secteur du bien-être est encore plus flagrante, avec un nombre de salariés supérieur à celui du secteur automobile (320.000 salariés) ou encore supérieur à celui du secteur agro-alimentaire (390.000 salariés).

Le business du bien-être ne s’est jamais aussi bien porté dans le monde: nutrition, régime alimentaire, médecine alternative, soins anti-âge, fitness, massage, spas, etc… à la faveur d’une classe moyenne planétaire en plein essor. L’Europe reste la principale région de profit devant l’Asie-Pacifique (18,8 milliards) et l’Amérique du Nord.

En plein boom, le tourisme du bien-être pèserait, désormais, près de 15% du volume des dépenses touristiques globales.

Ainsi, les activités liées au bien-être procuré par les saunas, solariums ou instituts de massage et de relaxation sont en pleine croissance : en 2004, plus d’une entreprise sur trois avait été créée ou reprise sur plus de 3 500 entreprises, dont 71% avaient moins de cinq ans.
Les soins de beauté sont la seconde activité la plus dynamique, avec uneentreprise sur deux âgée de moins de cinq ns, sur les 14.0 instituts et centres proposant soins du visage, manucure ou épilation. Comme dans la coiffure, il s’agit essentiellement d’enseignes individuelles, alors que les activités de solarium ou d’institut de massage et de relaxation ont plus souvent le statut de société.

Pourquoi un tel marché ?

Les Français ont aujourd’hui fait de la recherche de l’équilibre un principe de vie, ils cherchent à manger mieux, vivre mieux, aimer mieux… Le fait est que « l’accès au bien-être est désormais une condition sine qua non pour être heureux » (Ipsos mai 2010). Au point qu’un Français sur deux (45 %) affirme avoir entrepris au moins une action destinée à accroître son niveau de bien-être corporel dans les 6 derniers mois et qu’un Français sur trois (36%) déclare consulter régulièrement des articles ou des livres traitant du bien-être. Un Français sur quatre a déjà consulté un professionnel (26%) ou a consommé des compléments alimentaires spécifiques (23%). Enfin, plus d’un Français sur dix pratique des activités de relaxation comme le yoga, la méditation ou la sophrologie (13%). La prévention de la santé étant en tête des motivations.

La recherche d’une santé et d’une jeunesse préservée, voilà la principale motivation des consommateurs du marché du bien-être. Les Français cherchent à se maintenir en bonne santé et à être en forme. Et pour cela le bien-être est la meilleure des préventions, par l’intermédiaire de l’hygiène de vie générale, de la diététique, du sport, du recours aux médecines douces et préventives ou encore aux massages. Le but : réduire notamment notre niveau de stress, reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé comme le fléau du monde occidental. Différentes études ont montré les conséquences du stress sur la santé: augmentation des risques cardio-vasculaires, cancer…

A PROPOS DE L'AUTEUR

A decouvrir aussi

2 Commentaires

  1. Bonjour,
    Je suis soignante dans un hôpital en Bretagne.
    Je souhaiterais me reconvertir dans les soins de bien être me correspondant mieux je pense car belle approche avec la cliente à mon avis,et travail très humain..
    Je souhaiterais recevoir de la documentation sur la formation: comment procédez vous,combien d’heures de cours et pratiques de en stages?? Existes t il d’autres centres d’apprentissage autres qu’à Paris? Et autrement le coups de la formation et sur combien de temps!
    Merci de m’apporter une réponse je suis très attirée.

Laissez un commentaire

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *